Historique du CAN

Le bâtiment :


En 1930, Lucien CUENOT, professeur et conservateur des collections zoologiques depuis 1898, propose avec l'avis favorable de la municipalité, une construction qui abriterait les collections zoologiques et l'institut de zoologie. La construction d'un bâtiment de 72 mètres de longueur se fera sur un terrain municipal situé rue Ste Catherine. Le 18 décembre 1935, le bâtiment est ouvert au public.

Emergence de l'aquariophilie dans le bâtiment


En 1963, le cercle aquariophile de Nancy (C.A.N.) est créé par le Professeur Bruno CONDE. Objectif: encourager l'étude de la faune et de la flore pouvant vivre en aquarium, développer et coordonner les techniques d 'acclimatations et d'élevage, participer aux activités de l'aquarium tropical. (JO du 04/10/1963). Dès 1965, le C.A.N. expose quelques aquariums dans le hall d'entrée du bâtiment qui abrite les collections zoologiques. Au fil des ans, le nombre des bacs augmentent avec un soutient important du Professeur Bruno CONDE et du Docteur Denis TERVER (1967-1968).
En 1970, le C.A.N., Monsieur CONDE et Docteur TERVER proposent une exposition permanente ouverte au public. L'enthousiasme est communicatif et la ville de Nancy finance les travaux qui se termineront en 1973. (Entre 1971 et 1973 sont réalisées les galeries Est et Ouest). C'est la naissance de l'aquarium tropical de Nancy.
En 1978, la première convention entre l'aquarium tropical de Nancy et le C.A.N. définit clairement les attributions de chacun :

■ Le siège de l'association est maintenu au sein de l'aquarium tropical de Nancy.

■ Un bureau et une salle d'élevage sont attribués au C.A.N. .

■ Un partenariat se met en place lors de manifestations aquariophiles.

Cette convention sera redéfinie en 1998, lors du transfert des responsabilités de la ville de Nancy à la communauté urbaine du Grand Nancy, entre Monsieur Frank RAFFEGEAU, Directeur du Muséum Aquarium de Nancy (M.A.N.), et Monsieur JEANDEL Denis, Président du C.A.N.
Le 26 février 1982, au sein du bureau du C.A.N. , trois amateurs proposent la création d'une section cichlidophile. Il s'agit de Michel ONGARETTI, Jean-Jacques LOCH et Régis CHATEL. La salle d'élevage est petite et contient trois bacs de 50 litres, un bac de 300 litres et un bac de 60 litres soit 510 litres. Ces trois passionnés fournissent les premiers cichlidés et constituent une cagnotte avec leurs deniers.
En 1983, le volume d'eau présenté atteint 1 500 litres. Dans l'année Jean-Michel BOUR, spécialiste des cichlidés américains, offre sa compétence et son dynamisme.
En 1984, un adhérent depuis quelques années, Denis JEANDEL rejoint le groupe suivit d'André MASSON, Robert DAVID et Paul SCHEFFER. C'est le plein essor de la cichlidophilie. L'enthousiasme et la motivation de la section est telle qu'une nouvelle salle d'élevage est proposée au C.A.N. . Elle est inaugurée le 22 janvier 1993. C'est l'époque où, au sein du bureau, naît une nouvelle section, les plantes aquatiques sous la responsabilité d'Eric CUSIMANO. Cette nouvelle section va occuper la salle laissée par les cichlidophiles.

En 1994, Jacques DAVRIL crée la section vivipare. Il partage l'espace plante. Les deux sections cohabitent ainsi pendant 6 ans. Deux nouvelles sections vont-être créées :

■ En janvier 1999, la section terrariophile qui pour des raisons de législation ne peut présenter des espèces en captivité.

■ En mars 1999, la section récifale dont les projets de réalisation d'un bac à bouture très onéreux devrons patientés quelques temps.

En 2001, la salle d'élevage des cichlidés est abandonnée. Elle ne présente plus la sécurité indispensable à un bon fonctionnement. La première salle est totalement rénovée, mise aux normes de sécurité. Elle sera ouverte aux adhérents en juin 2003.

Le CAN en quelques noms


■ Monsieur Bruno CONDE, fondateur et président jusqu'en 1998.

■ Monsieur Denis TERVER, cofondateur et secrétaire jusqu'en 1998.

■ Messieurs J.P. FIRON, P. WASELS, G. VAUSEL, G. MOINAUX membres du 1er bureau du CAN lors de la séance du 27 septembre 1963. Parmi les membres les plus anciens et toujours présents au sein de notre association, citons Madame C. PAUL (1979) pour son activité administrative et financière pendant de nombreuses années et Monsieur A. GILLOT (1963) fidèle conférencier, beaucoup de souches de nourritures vivantes pour nos aquariums proviennent de ses élevages.

Bruno CONDE (1920 – 2004)


Article écrit en 2004
Le Professeur Bruno CONDE vient de s'éteindre, le 11 février 2004, à l'âge de 83 ans, au soir d'une vie scientifique exceptionnellement riche au service de l'Université Henri Poincaré – Nancy I, mais aussi du Musée de Zoologie de la Ville et de l'Université et de son Aquarium tropical (désormais Muséum-Aquarium de Nancy, Communauté Urbaine du Grand Nancy et Université Henri Poincaré, Nancy I).
Né à Nancy le 5 mars 1920, il est le fils de Marguerite et de Géo CONDE, artiste peintre, sculpteur, marionnettiste… bien connu des nancéiens, et qui lui a sans doute transmis les qualités de dessinateur si nécessaires à la précision de ses recherches (mais peut-être aussi celles de musicologue averti : il pratiquait le piano avec brio lors de ses rares moments de détente).
Bruno CONDE débute sa carrière universitaire à Nancy en 1943 comme préparateur de Botanique à la Faculté des Sciences de Nancy. Il est nommé Assistant de Zoologie en 1945, à la même Faculté, dans le Service du Professeur Paul A. REMY, titulaire de la Chaire de Zoologie générale libérée, en 1937, par le Professeur Lucien CUENOT, Membre de l'Institut, à qui nous devons le bâtiment de la rue St Catherine qui abrite l'actuel Muséum-Aquarium.
Unanimement reconnu comme éminent Naturaliste, grand Zoologiste au sens le plus noble du terme, Bruno CONDE publie ses premières notes scientifiques en 1945 consacrées aux micro-Arthropodes terrestres, objet des préoccupations du Laboratoire de son illustre Maître Paul REMY. Sa Thèse de Docteur ès Sciences naturelles, soutenue en 1955, consacrera une première étape de sa longue carrière au service de la systématique, tâche à priori très ingrate, mais oh combien nécessaire, qui exige un esprit d'observation à toute épreuve et des descriptions particulièrement minutieuses. Trop décriée à ses yeux, la systématique, est et restera, quoi qu'on en dise, le socle incontournable de l'Ecologie, aimait-il répéter.
Sur les quelque 300 publications scientifiques signées ou co-signées par B. CONDE, l'essentiel se rapporte à l'étude des petits Arthropodes terrestres, spécificité traditionnelle du Laboratoire de la rue Ste Catherine. Avec le concours de son premier élève, son équipe va acquérir une notoriété internationale dans le domaine de la micro-faune du sol en général, et des Campodés en particulier.
Cette notoriété lui a valu de participer à de nombreuses missions scientifiques. Celle qui eut lieu au Gabon, dans le cadre d'une étude de la faune du sol de la grande forêt équatoriale, sera cruellement marquée par la disparition subite, et en sa présence, de son Maître, P. REMY.
Parallèlement à son domaine de prédilection, une autre spécialité zoologique marquera la carrière de B. CONDE : le Chat « sauvage » ou Chat sylvestre, dont il deviendra LE spécialiste français. Dans le cadre de la Thèse de l'un de ses élèves, du Muséum de Genève, les publications scientifiques des deux auteurs vont bousculer les idées reçues au sujet de cette espèce menacée mais qui, par chance, reste encore assez bien représentée sous nos latitudes.
Son élevage, qui débuta au Laboratoire, se poursuivit dans un vaste enclos implanté sur les dépendances de la demeure de ses Parents à Velaine-en-Haye, mais aussi dans sa résidence privée dont la chambre à coucher n'était évidemment pas exclue ! Il en résulta de nombreuses observations inédites sur le comportement diurne, et nocturne de cette espèce.
Un malheureux et grave accident de voiture, survenu lors d'une mission d'enquête sur le chat sauvage en région Lorraine, l'éloigna plusieurs mois des activités de son Laboratoire, et par suite l'élevage du Chat dut être abandonné à son grand regret. Toutefois, son intérêt pour les travaux scientifiques relatifs à cette espèce ne s'est jamais démenti.
Enfin, il convient de rappeler également les responsabilités de B. CONDE, au niveau du Musée de Zoologie dont il assurera la sous-direction en qualité de Chef de Travaux de Zoologie dès l'année 1955, puis la Direction à partir de 1962 en qualité de Professeur des Universités.
Avec l'aide d'un autre Collaborateur, nommé en 1963, les années qui suivirent furent marquées par la naissance de l'Aquarium tropical de Nancy, d'abord sous forme d'expositions temporaires, puis permanentes, dans le cadre des activités du Cercle aquariophile de Nancy.
A partir de 1971, date du départ des services de Zoologie vers le nouveau campus universitaire de Vandœuvre, l'Aquarium prit son plein essor. Son activité scientifique, diffusée dans son périodique trimestriel, la Revue française d'Aquariologie, Herpétologie , lui valut rapidement une renommée internationale, attirant la collaboration des plus grands Ichtyologistes mondiaux, spécialistes de la faune des eaux continentales et marines tropicales.
L'activité d'Enseignant-Chercheur de B. CONDE, a été servie par ses qualités pédagogiques très appréciées de dizaines de promotions d'Etudiants de tous les cycles universitaires, la clarté de ses cours n'ayant d'égale que sa disponibilité, de jour comme de nuit !
Il était Correspondant du Muséum national d'Histoire naturelle de Washington, Genève, Paris, où l'une de ses élèves poursuit d'ailleurs une partie de son oeuvre …, mais aussi du célèbre British Museum, Président de la Société zoologique de France. Ses nombreuses missions et travaux, son dévouement sans limite à la cause de la Recherche et de l'Enseignement lui ont valu plusieurs distinctions honorifiques : Grand Prix de l'Académie Stanislas, Palmes académiques…qui témoignent des qualités exceptionnelles de ce Naturaliste hors du commun.
Bruno CONDE a eu le malheur de perdre son épouse l'année dernière. Il était père de trois enfants.

Denis TERVER

 

AnimalerieNations

 

Procanis

logoPassionAquaService2

Aquaportail

Participe à la bourse du CAN

Aquamag